jaimecouzon150

Compte rendu de notre première rencontre

La réunion du 5 décembre comme si vous y étiez.

 

Le jeudi 5 décembre, c'était la première réunion publique de la liste J'aime Couzon au bar-restaurant Casa Sandro. En voici le compte-rendu.

35 personnes étaient présentes.

Introduction de la soirée par Benjamin :

  • Nous avons choisi un café comme lieu de rendez-vous, c’est important pour nous car le café est un lieu républicain et convivial, cela relève d’un esprit village auquel nous tenons beaucoup.
  • Lors de cette soirée, nous allons vous présenter les premières grandes lignes de notre feuille de route. Ce n'est pas encore un programme, car le programme sera construit progressivement avec l'apport de ceux qui le souhaitent. En revanche, c'est déjà un certain nombre d'orientations auxquelles nous tenons.

 

 

1/ Benjamin Durand détaille la feuille de route de J'aime Couzon

Préserver la diversité de la population couzonnaise et le dynamisme des associations

Malgré une forte dynamique, la situation des associations est précaire. Leurs activités de plus en plus vécues comme des services par les adhérents. Les bureaux peinent à se renouveler. Les salles sont vétustes. Il faut leur apporter des solutions. Ces solutions ne sont pas que financières, elles sont aussi logistiques.

La santé des associations est liée directement à l’avenir de la commune qui risque de devenir une ville dortoir s’il y a moins d’activités. C'est d'ailleurs en partie grâce à ce tissu associatif que Couzon n'est pas un lieu sans âme, ghetto riche ou ghetto pauvre, mais un véritable village où les habitants se parlent et échangent. Préserver cette diversité à laquelle nous tenons beaucoup est une de nos priorités. 

Démocratie participative, Jeunesse

Nous souhaitons développer un modèle de démocratie participative afin d'associer les Couzonnais aux décisions municipales. Cela peut passer par la création de comités de quartiers. Une culture de quartier est présente à Couzon grâce aux jeux interquartiers, grâce à des réunions, des fêtes de voisinage... Comme il y a des «capitaines de quartiers» pour les jeux, il pourrait y avoir un « capitaine » politique de quartier lorsque des projets sont à défendre pour avoir un rapport direct entre les habitants et la municipalité.

Nous avons le souci de la transparence de l’information municipale. Il faut retrouver l’esprit village dans la démocratie locale.

Nous voulons aussi mettre l’accent sur la jeunesse. Il faut par exemple associer les jeunes à la vie municipale. On n'imagine pas penser des projets pour la jeunesse sans eux. On peut envisager d'avoir des conseillers municipaux de moins de 25 ans. Au-delà d'une question de représentativité, cela permet d'échanger, de faire remonter les attentes ou travailler des propositions avec eux.

Economie, commerces & Logement 

Concernant la vie économique, les commerces et activités artisanales, nous devons soutenir et défendre les commerces de proximité.

Sur le logement, Couzon est une commune singulière : c’est la seule dans le grand Lyon qui a stagné en nombre d’habitants, la population vieillit. Il faut une politique incitative pour renouveler l'offre, à voir avec les propriétaires et les partenaires financiers. Nous devons embellir le village pour qu'il devienne plus attractif, réhabiliter l’existant, et lancer de grands projets.

Deux idées :

  1. Développer une offre de logement pour tous les budgets,
  2. Faciliter la rénovation des logements du centre

Le social !

Les habitants de Couzon ont des valeurs de solidarité, de diversité, que l’on retrouve dans l’entraide. La réforme du Grand Lyon donne à la future métropole les compétences du conseil général: protection infantile, handicap, personnes âgées, minimas sociaux. Le Grand Lyon et les communes seront donc en charge de tous les publics les plus fragiles. Les élus auront plus de temps à passer sur les questions sociales, beaucoup de temps à passer dans les rapports humains.

Deux adjoints aux questions sociales peuvent être envisagés pour accomplir une telle mission de proximité, d'autant plus que la conjoncture est difficile.

Intercommunalité

Dans la réforme de l’intercommunalité, il faudra défendre notre commune avec les autres communes du Val de Saône & Mont d'or (24 communes de 1000 à 6000 habitants). Nous avons intérêt à rester soudés sur les projets de proximité et développer les services qui profitent au plus grand nombre et qui doivent être prioritaires sur les grands projets censés se voir de l'extérieur. Il faudra défendre nos spécificités, notre environnement et notre proximité sociale dans un Grand Lyon composé majoritairement de très grandes communes.

Associatif, jeunesse et social... Nous souhaitons que se développe une plateforme intercommunale avec les communes proches pour développer de nouveaux projets. C'est la bonne échelle pour mettre en place des coopérations, par exemple pour embaucher un animateur partagé dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, ou bien pour l'école de musique.

"J’aime Couzon" a besoin de tous!

Nous allons valider la feuille de route avec un maximum de personnes, organiser des réunions pour avancer sur un projet, décider ensemble de la façon dont on fait le programme.

Quelques réunions thématiques seront organisées sur les thématiques essentielles. Sans forcément chercher à être exhaustif nous ciblerons certains thèmes que nous travaillerons sur les sujets à fond. Nous en restituerons deux ou trois en février-mars.

Nous proposons de rassembler une majorité où chacun peut prendre l’initiative et la responsabilité de projets, que chacun travaille le plus loin possible pour des projets collectifs.

jmc 1 (18)

 

Questions dans la salle

« — Qui dans cette salle a vécu petit à Couzon ? »

Olivier, Philippe, Véronique… Les Couzonnais de naissance ont peut-être une connaissance et un affect plus enracinés, mais tous les autres sont bien sûr concernés par leur village! Nous avons tous une ancienneté plus ou moins importante. C'est cela aussi la diversité du village : il n’est pas compliqué de se faire accepter à Couzon. Finalement, ça n'est pas le nombre des années qui fait l'attachement à Couzon ni la légitimité de candidats ou de Couzonnais qui s'investissent dans la vie locale.

« — Tu veux en faire un village moderne ou garder les vieilles pierres ?»

Les deux. Le centre du village doit garder son âme, il faut en même temps une amélioration de l’habitat et une conservation du patrimoine pour que ce ne soit pas l’anarchie. On est obligés de respecter les règles d’urbanisme et les avis de l'architecte des bâtiments de France (les ABF ne sont pas opposés à la modernité mais il faut les saisir avant que le projet ait démarré). Le rôle de la mairie est d’accompagner les Couzonnais en amont de leur projet pour négocier les choses, dans un principe de pédagogie. Il existe des dispositifs pour avoir les aides à la rénovation. Le maître mot est donc « informer et accompagner ».

«— Est-ce qu’il y a une possibilité de faire bouger le plan local d'ubanisme (PLU) ?»

Il y a une possibilité de densifier l’habitat, mais il faut noter que notre commune a plusieurs handicaps : zones inondables, zone des carrières, zones vertes. Il y a donc peu de marge de manœuvre. Il faut identifier les zones de où des changements sont faisables, avec l’objectif de gérer les risques. L’intérêt est commun avec les communes voisines de développer l’habitat.

L'intérêt est écologique, pour la rationalité des transports collectifs. C'est aussi une question de taille critique pour que vivent les commerces de proximité.

«— Les gens de Couzon peuvent-ils peser au grand Lyon ?»

Toute seule, la mairie de Couzon ne pèsera pas, il faut porter des projets avec les autres communes du secteur (notamment sur le PLU).

«— Est-ce que "j’aime Couzon" est là pour porter l’intérêt des couzonnais au grand Lyon ?»

(Réponse de Claude Vally) Il faut faire l’inventaire des terrains constructibles ou non. Il existe des terrains enclavés. Il y a eu par le passé un projet de construction en palier avec terrasses et garages pour une centaine de logements qui avait rencontré des problèmes, entre autres, d’écoulement des eaux. Ce projet a été abandonné. S'il avait abouti, il y aurait eu des problèmes de service public avec l’école qui n’aurait plus été adaptée.

Il y a eu un projet d’achat d’une zone, il y a 10 ans, entre Couzon et Albigny, au niveau de l'entreprise Michaud, un projet de marina à Albigny... Les projets d’urbanisme sont compliqués car il faut prendre en compte à égalité le social et l’éducation qui sont étroitement liés.

«— Est-ce qu’une mairie à le pouvoir de combattre le PLU ?»

Il est nécessaire de respecter le PLU, de travailler en concertation. Si un projet d’urbanisme (logements) voit le jour, il faut que les infrastructures suivent. Il est possible de se rendre au grand Lyon et de mettre la pression, il faut aller chercher les acteurs en place (Grand Lyon, propriétaires). Il faut que les projets se réalisent dans les meilleurs délais, le temps joue contre Couzon.

«— Est ce que la mairie peut faire quelque chose pour le stationnement ? (rue Pierre-Dupont le trottoir est trop petit, obligation de traverser pour revenir ensuite)»

Benjamin posera des questions au conseil municpal, notamment quant à la largeur de la chicane ou du trottoir. Il faut étudier la question du ratio du nombre de voitures par foyer. Souvent on a 3 véhicules par foyer. Cela peut poser problème si le stationnement est dans la rue. D'une manière généralen de nombreux véhicules roulent très peu. Il faut organiser le co-voiturage, et inciter au développement d'autre solutions : train, bus... Pour ces questions, il faut rester dans une logique d’incitation, et non pas de culpabilisation ou de répression (nicolas). Des zones bleues  pourraient être instaurées dans le centre, près des commerces (Yann).

jmc 1 (19)

«— Est-ce que les élus de la liste minoritaire seront écoutés au conseil municipal s’ils posent des questions ?»

Oui car les élus en questions sont là pour intervenir ; leur présence force la vigilance et à avoir plus de rigueur pour les élus majoritaires.

«— Pourquoi n’êtes-vous pas resté chez Trajectoire ?»

J’ai toujours dit que je voulais participer aux élections municipales. J’avais d’ailleurs lancé des réunions participatives à destination des Couzonnais, en fin d’année dernière. Avant d’adhérer à Trajectoire Couzon 2020 en septembre, j’avais des contacts avec Patrick Véron et le maire Michel Sangalli. Patrick Véron m’avait alors proposé de devenir adjoint aux Finances. Après avoir longuement réfléchi, j’ai finalement rejoint le groupe. Même si on ne partage pas les mêmes idées politiques avec Patrick Véron, l’idée était de défendre les intérêts de cette petite commune. Trajectoire Couzon 2020 a un discours d’ouverture, mais tout est déjà décidé par le groupe fondateur. Je souhaitais pourtant participer à l’élaboration de la campagne. Pour la constitution de la liste, on me disait toujours : « On verra après ». Patrick Véron affirmait également qu’une personne autre que le maire pourrait être le conseiller communautaire. Finalement, il voulait faire les deux. Je trouve qu’il y a de l’opacité dans cette manière de constituer la liste.

«— Benjamin, avec qui as-tu envie de travailler ?»

La seule certitude est celle d'une responsabilité future de Yann Coric avec qui nous avons démarré et qui a toujours affiché cette volonté et sa disponibilité.

Pour les adjoints et les conseillers, il faudra prendre en compte la motivation, l’équilibre entre la vie privée et professionnelle, constater le rendement des personnes et leurs capacités, l'ambition et les possibilités de chacun. Il est certain qu'il faut de la disponibilité, mais l'équilibre d'une équipe ne pourra se faire qu'une fois les vœux de tous les soutiens / candidats déclarés. Il est primordial que les soutiens qui souhaitent être candidats le disent lors des réunions et pas dans un dialogue individuel avec la tête de liste. Nous n'avons pas la culture du secret sur une question aussi fondamentale car c'est un mariage pour 6 ans ! Tout doit se faire dans l'ouverture et la transparence.

«— Dans quel projet mets tu le devenir des commerçants et que proposes tu ?»

C’est un projet qui est global: pour une population qui augmente, il faut faciliter l’accès aux commerces. Les commerçants qui vont mal que faire pour eux ? Par exemple, la municipalité peut-elle aider à la reprise de la boucherie ? Si on laisse les commerçants mourir c’est la mort du village.

À Albigny, la mairie a aidé à reprendre un commerce. Nous n'allons pas financer l'intégralité d'un commerce. L’objectif est au minimum de maintenir tous les commerces, sensibiliser les habitants sur la consommation dans les commerces couzonnais (animations commerçantes, quinzaine commerciale). Nous devrons relancer un groupe de travail sur les commerçants et artisans.

 Clôture de la réunion à 23h20

Prochaines étapes:

  • Proposition de rendez-vous des candidats et soutiens chaque jeudi aux alentours de 18h30 chez Sandro.
  • Définir les groupes de travail, grosses attentes sur les rythmes scolaires, l’urbanisme et l’habitat.
  • Se retrouver dans 15 jours (jeudi 19/12) pour former des groupes de travail.

Poster un commentaire

Connectez vous afin de laisser un commentaire Option de connection ci-dessous

Visit in Ladbrokes bingo information.

corner left-topcorner right-top
C'est aussi Jean-Marc LEVROLD, Bernadette CHAVANEL, Gilles BOURGOIN, Valérie DAMIEN, Bernard GAYET, Michèle BUSNEL, Jean-Paul JAMET, Léa LE CORRE, Mickael FELIX, Jeanne GELSHORN, Guy MUSSIER, Karine CLAIR, Pierre-Yves PLATZ, Cécile ROUMEYSI, Olivier REYMOND, Gaëlle BAYLE, Laurent DAMIEN, Christiane ROCHE, jean-Marc MANGIN, Elisabeth GAYET, Françoise CORET, Jean POIZEAU, Aliette ORTOVENT, Christophe DUMAIS, Claudette BARBIER, Stéphane MORIN, Jacques POULIN, Josette JAMET,  Bénédicte CORIC-de BENALCAZAR, Michel FEVRAT, Frédérique JARLOT, Michel MUYARD, Christine JAUSSIONS, Jean-Marc HENAULT, Pietra CAVALCANTE, Gabriel FREYDIERE, Agnès FOURNIER, Zoé MICHAL...

Contactez-nous

...

Newsletter

"J'aime Couzon 2014" est une liste pour les élections municipales de Couzon-au-Mont-d'Or 2014
Copyright © 2013